L'impact sociétal de Selectra

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus  Partager sur LinkedIn

Premier comparateur des offres d'énergie en France, Selectra s'est donné pour mission de faciliter la comparaison, souscription et gestion des contrats de la maison pour rendre le monde moins cher, plus vert et plus clair.

impact sociétal selectra

En choisissant Selectra, nos clients ont l'assurance de trouver et de souscrire à l'offre la plus adaptée à leurs besoins et envies, avec à la clé trois promesses :

  • réduire les factures domestiques en choisissant une offre avantageuse
  • gagner du temps en se faisant accompagner par un commercial pour la souscription
  • pouvoir agir pour l'environnement en optant pour une offre verte si on le souhaite

Notre impact sociétal en 2018

Par son action de comparaison et d’accompagnement dans la souscription d’offres d’énergie et de télécom, Selectra a permis à 320 000 clients en 2018 de profiter de prix moins chers et d'offres plus adaptées en faisant jouer la concurrence. Ce faisant, Selectra a fait économiser :

compteur économiescompteur planète

Selectra facilite la comparaison, souscription et gestion des contrats de la maison pour rendre le monde moins cher, plus vert et plus clair.

Xavier Pinon, cofondateur de Selectra

Comparer pour économiser

Un consommateur d'électricité sur deux ne sait pas qu'il a la possibilité de faire jouer la concurrence pour réduire sa facture, tandis que dans le domaine des télécoms, le choix d'offres est si vaste qu'il est facile de s'y perdre. Via ses contenus en ligne et par le travail de ses téléconseillers, Selectra informe le consommateur sur ses droits et l'oriente vers les offres les plus adaptées à son profil, qu'il soit ou non en situation de déménagement. Le client est guidé dans chaque étape de la souscription : zéro perte de temps, zéro paperasse !

Selectra organise régulièrement des achats groupés et des opérations spéciales en partenariat avec des fournisseurs d'énergie et des opérateurs de télécoms dans le but de faire profiter au plus grand nombre de prix toujours plus avantageux.

Chez Selectra, l'énergie verte a la côte !

Chacun se demande aujourd'hui ce qu'il peut faire pour agir concrètement contre le réchauffement planétaire. En passant par Selectra pour sa souscription à l'énergie, le consommateur a le choix entre un large inventaire d'offres d'électricité et de gaz vertes parmi nos fournisseurs partenaires : Direct Energie, Total Spring, eni, ekWateur, Plüm, ilek, Planète Oui... et la liste s'allonge régulièrement !

Plus économes pour l'environnement, les offres vertes le sont aussi pour le porte-feuille. Les sources d'énergie renouvelable telles que le photovoltaïque et l'éolien, jadis plus chères que le nucléaire, sont en effet de moins en moins coûteuses grâce à l'innovation technologique.

Selectra consomme de l'électricité 100% verte dans ses locaux à Paris, à Madrid et à Rome.

Comment comptabilisons-nous ces données ?

Pour chaque souscription d'électricité et/ou de gaz réalisée par notre intermédiaire, nous prenons en compte son impact pour la première année après l’entrée en effet du contrat. Pour cela, nous comparons les grilles tarifaires des fournisseurs d'énergie et l'impact environnemental de chaque type d'offre par rapport aux tarifs réglementés des fournisseurs historiques EDF (pour l'électricité) et Engie (pour le gaz).

Nos hypothèses de consommation

Chaque contrat est associé à un profil énergétique moyen qui nous permet d'estimer les économies sur la facture en fonction de la remise garantie par le fournisseur, et si c'est un contrat pour une offre verte, ses avantages pour l'environnement.

Pour toute souscription à une offre d'électricité seule, on retient les données de consommation suivantes :

  • consommation annuelle moyenne : 8 002 kWh1
  • puissance de compteur : 6 kVA
  • option heures pleines/heures creuses (avec 70% de consommation en heures pleines)

Pour toute souscription à une offre duale électricité + gaz, on retient les données de consommation suivantes :

Pour l'électricité :

  • consommation annuelle moyenne : 1 787 kWh2
  • puissance de compteur : 6 kVA
  • option base

Pour le gaz :

  • consommation annuelle moyenne : 11 124 kWh3
  • classe de consommation B1 (chauffage au gaz)
  • zone tarifaire 1 (ex. Lyon)

Pour toute souscription à une offre de gaz seule, on retient les données de consommation suivantes :

  • consommation annuelle moyenne : 11 124 kWh3
  • classe de consommation B1 (chauffage au gaz)
  • zone tarifaire 1 (ex. Lyon)

Le point sur les données de consommation :
D'après la moyenne sur les trois trimestres 2018 de la CRE, la consommation moyenne d'un foyer français est de 4703 kWh/an.
1 Nous calculons cette consommation sachant que d'après le raport de l'ADEME (page 37) 1/3 des foyers français se chauffent à l'électricité. Nous devons donc avoir une consommation de 8002 kWh par an pour les foyers se chauffant à l'électricité afin de retrouver notre consommation moyenne de 4703 kWh/an d'un foyer français : (consommation moyenne d'un foyer français) = (1/3) x (consommation avec chauffage électrique) + (2/3) x (consommation sans chauffage électrique). Sachant que d'après EDF, le chauffage représente 62% de l'énergie consommée par un foyer français, (consommation sans chauffage électrique) = (1 - 0,62) x (consommation avec chauffage électrique), on a donc (consommation avec chauffage électrique) = 3 x (consommation moyenne d'un foyer français) / (1 + 2 x (1 - 0,62))
2 Cette consommation est celle dont on se sert dans le point précédent : (consommation sans chauffage électrique) = (1-0,62)x(consommation avec chauffage électrique).
3 Consommation moyenne d'une habitation raccordée au gaz naturel. La CRE estime qu'au 2e semestre 2018, 10 671 000 foyers consommaient 118,7 TWh de gaz naturel, soit une consommation moyenne par foyer de 11 124 kWh par an.

Offres vertes : calcul de l'impact environnemental

Certains fournisseurs d'énergie proposent des offres vertes : en souscrivant à l'une d'entre elles, le consommateur fait un geste pour l'environnement en réduisant les émissions de CO2, et éventuellement la production de déchets nucléaires, liées à sa consommation d'énergie.

Pour toute souscription à une offre d’électricité verte, on retient les données suivantes :

Émissions de CO2 évitées : 50,96 gCO2e/kWh

En France, 549 TWh d'électricité a été produite en 2018 d'après RTE et ce pour des émissions totales de 20,4 Mt de CO2e. Ce qui nous donne un facteur d'émissions de 37,16 gCO2e/kWh pour l'électricité produite en France. Cependant, l'électricité consommée en France ne vient pas seulement de la France, en effet, nous avons importé 26,1 TWh venant de nos voisins (d'après la solde des échanges commerciaux communiquée par RTE). Grâce au bilan de l'ADEME qui nous donne en page 88 les facteurs d'émissions de nos voisins, nous pouvons déterminer le facteur d'émissions lié à nos importations et donc pondérer le facteur des émissions lié à la consommation d'électricité en France comme ceci : ((549 TWh - 86,3 TWh) x 37,16 gCO2e/kWh + 26,1 TWh x 295,70 gCO2e/kWh) / (549 TWh + 26,1 TWh - 86,3 TWh) = 50,96 gCO2e/kWh 

Déchets nucléaires évités : 10,22 mg/kWh

Le parc de production électrique d’EDF, composé majoritairement de centrales nucléaires, produit des déchets nucléaires à hauteur de 12,24 mg pour les déchets à vie courte et 0,97mg pour les déchets à vie longue par kWh consommés dans le cadre d'une offre d'EDF non renouvelable. Or le mix énergétique de EDF est composé à 85,9% de nucléaire et d'après RTE, la France produit 71,7% de son élecricité grâce au nucléaire. Cela donne une production de 12,24 x (71,7/85,9) = 10,22 mg et 0,97 x (71,7/85,9) = 0,81 mg de production de déchets respectivement à vie courte et longue par kWh consommé en France. 

Pour toute souscription à une offre de gaz vert, on retient les données suivantes :

Offre gaz compensé carbone - émissions de CO2 évitées : 268 gCO2e/kWh

Dans le cadre d’une offre de gaz compensé carbone, le fournisseur de gaz s’engage à compenser les émissions de CO2 produites par la combustion du gaz naturel par le client final, soit en moyenne 241 gCO2e/kWh PCI d’après l’ADEME dans son rapport page 44 (et donc 268 gCO2e/kWh PCS selon le facteur du rapport entre le pouvoir calorifique inférieur et supérieur utilisé sur les faceurs de gaz). Cela est possible soit via l’achat de crédits carbone, soit via l’investissement direct dans des projets de réduction ou de recaptation des émissions de gaz à effet de serre. Ces projets interviennent souvent dans des pays en voie de développement.

Offre biométhane - émissions de CO2 évitées : 188 gCO2e/kWh maximum (peut varier selon le % de gaz vert compris dans l’offre)

Dans le cadre d’une offre de biométhane (ou biogaz), pour chaque MWh de gaz consommé, le client a la garantie qu’1 MWh de biométhane a été injecté sur le réseau (peut varier selon le % de gaz vert compris dans l’offre). Le biogaz est issu d’un procédé de méthanisation, au cours duquel des déchets organiques (issus par exemple de l’agriculture et de l’industrie) sont enfermés dans un méthaniseur pour recapter le méthane. Parce que le méthane possède un potentiel de réchauffement global (PRG) 25 fois plus élevé que le CO2, ces offres sont particulièrement économes pour l’environnement : 188 gCO2e/kWh consommé, selon une étude ADEME GRDF